FANDOM


Kasa-obake l amusant yokai cyclope-unijambiste en forme de parapluie 144
Moins effrayant que ses collègues mais tout aussi populaire au Japon, où il est représenté à travers de nombreuses œuvres contemporaines, le kasa-obake est un yōkai qui se présente sous la forme d'une ombrelle unjijambiste.

Dans la mythologie japonaise, le kasa-obake (傘おばけ, littéralement "esprit-ombrelle"), également appelé karakasa-obake (から傘おばけ), est un yōkai qui se présente sous la forme d'une ombrelle traditionnelle japonaise dotée d'un œil, de deux bras et d'une unique jambe. Comme de nombreux autres monstres du folklore de l'Archipel, celui-ci fait partie des tsukumogami (付喪神), une famille composée d'objets du quotidien qui peuvent prendre vie après exactement cent années d'existence. Son aspect s'inspire des fameuses ombrelles japonaises et chinoises produites à l'époque à partir de toile huilée et les représentations "usées" que l'on fait de ce yōkai semblent bien prouver que cet esprit a du vécu.

Pour la petite anecdote, il est assez amusant de constater que le kanji utilisé pour "kasa" (parapluie), ressemble justement à un parapluie : 傘.

Un monstre au look plus amusant que redoutableModifier

Si certains yōkai peuvent avoir une apparence assez effrayante, souvent largement soutenue par une histoire sombre, le kasa-obake se présente quant à lui sous une forme plutôt inoffensive, presque absurde, même. De tous temps, les représentations qui ont pu être faites de ce monstre l'ont toujours illustré comme une ancienne ombrelle japonaise dotée de quelques attributs humains : deux bras, un œil, une bouche béante qui tire une langue d'une longueur ou d'une largeur souvent assez impressionnante, ainsi qu'une unique jambe et un unique pied humain, chaussé, selon les versions, d'une geta.

Il existe de nombreuses variantes du kasa-obake : dans certains cas, celui-ci ne possède pas de bras et dans d'autres encore, son pied n'est pas le pied d'un humain mais une espèce de griffe, qui rappelle l'amour de l'imaginaire japonais pour les créatures composites. Alors que le peintre Yoshikazu Utagawa le représente effectivement avec cette patte d'origine animale, son collègue Enshin Kanō l'a quant à lui dessiné avec deux jambes dans sa série d'illustrations Hyakki Yagyo Emaki. Avec le temps, et surtout avec l'influence du mangaka Shigeru Mizuki, le monstre-parapluie tend cependant vers une apparence sur laquelle tous s'accordent et rares sont aujourd'hui les représentations du kasa-obake qui diffèrent les unes des autres.

Des origines et un mythe assez méconnus Modifier

Si la représentation que l'on se fait du kasa-obake est plutôt précise aujourd'hui, son histoire l'est nettement moins. Le mythe qu'il y a autour de lui semble varier selon les régions et ne pas nécessairement décrypter spécifiquement ses origines. On sait néanmoins que ce petit parapluie animé est davantage considéré comme un esprit farceur plus que comme un monstre réellement mal intentionné qui désirerait s'en prendre aux hommes comme c'est habituellement le cas chez les yōkai et quasi-systématique chez les yūrei. Sa nature de tsukumogami laisse à penser que le kasa-obake aurait été autrefois une ombrelle qui aurait pris vie et serait devenue semi-humaine après son centième anniversaire.

Dans la préfecture de Ehime, la légende raconte qu'un monstre en forme de parapluie apparaîtrait dans les vallées lors des nuits pluvieuses et que ceux qui le surprendraient resteraient pétrifiés s'ils ne se couvraient pas des intempéries. Du côté de Tottori, on a plutôt tendance à évoquer l'existence d'un certain yūrei-gasa (幽霊傘, littéralement "parapluie fantôme") qui, tout comme le kasa-obake doté d'un œil et d'une jambe, inviterait à faire souffler le vent si fort qu'il enverrait les hommes voler dans le ciel. Dans tous les cas, la fréquence de ses apparitions semble avoir un lien étroit avec le ciel et le temps, comme son aspect de parapluie aurait pu nous le laisser imaginer. Dans beaucoup d'œuvres de fiction et de légendes entendues de part et d'autres au Japon, le côté espiègle du kasa-obake se révèle totalement lorsque l'on apprend son passe-temps préféré dans le monde des hommes. Si l'on en croit les dires, son jeu favori serait de surprendre les humains en apparaissant derrière eux et en leur faisant une petite léchouille sur le visage ! D'où cette langue incroyablement longue…

Dans la culture populaireModifier

Comme nombre de ses compagnons, le kasa-obake tient une place importante dans l'imaginaire nippon et dans les œuvres contemporaines. En effet, si son histoire reste assez mystérieuse et si l'univers qui plane autour de lui ne semble pas aussi étoffé que celui de certains autres yōkai, le petit monstre en forme de parapluie tirant la langue n'hésite pas à apparaître dans les mangas, les animes, au cinéma ou même à la télévision.

L'animation est sans aucun doute le domaine dans lequel le yōkai s'est le plus illustré. Puisque nombreuses sont les séries TV animées dans lesquelles le folklore japonais possède une place de choix, il n'est pas étonnant de constater que le kasa-obake y fait des apparitions récurrentes, même de quelques minutes. On peut ainsi noter les animes suivants : Azumanga Daioh, Karas, Ranma ½, Rosario + Vampire, GeGeGe no Kitarou…

Côté cinéma d'animation, le kasa-obake n'a pas pu passer à côté de Pompoko, film produit par le studio Ghibli et réalisé en 1994 par le cinéaste Isao Takahata, qui présente une mémorable scène de Hyakki Yako, la fameuse parade des cent démons japonais, dans laquelle la petite ombrelle n'a pas manqué de s'incruster aux côtés de ses amis surnaturels.

Le jeu vidéo Yo-kai Watch, qui recense un bon nombre de monstres du folklore nippon, n'a pas manqué lui aussi d'utiliser l'image du kasa-obake dans son bestiaire. Dans le second opus de la série, jusqu'ici encore inédit en France, il y est appelé "Karakasa-obake" pour la version japonaise ou "Pallysol" pour la version anglophone et fait partie des monstres de rang E. Celui-ci apparaît d'ailleurs également dans la version animée de la saga. Quelques autres jeux vidéo mettent en scène l'ombrelle animée. On peut compter parmi eux la série Kiki Kai Kai, dans laquelle le kasa-obake est un ennemi récurrent qui vient attaquer l'héroïne, Muramasa : The Demon Blade, dans lequel il est représenté davantage comme un humain à la tête en forme d'ombrelle armé d'un sabre, la franchise Touhou, qui présente le personnage de Tatara Kogasa une héroïne armée d'un parapluie qui tire la langue, ou encore The Legend of the Mystical Ninja, dans lequel le monstre-parapluie apparaît également comme un ennemi. Au cinéma et à la télévision japonaise, enfin, le kasa-obake fait également quelques apparitions dans les traditionnels films de yōkai et d'épouvante tels que la série Yōkai Hyaku Monogatari (1968) ou encore Yōkai Daisensō (2005).

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .